Menu Fermer

La Science est-elle légitime pour traiter de Religion ?

« Le cœur a ses raisons que la raison ignore »   B. Pascal

Qu’avons-nous comme preuve de l’existence de Dieu ? Cette phrase est souvent au cœur d’une position athéiste. Mais elle révèle une affirmation cachée à savoir que la Religion et donc ici l’existence de Dieu doit se justifier scientifiquement. On mêle donc la chose religieuse à la science en partant du postulat qu’elle est légitime pour traiter ces questions. A raison ?

Les théistes ont toujours voulu trouver des preuves irréfutables de l’existence de Dieu. Par exemple, Descartes nous dira que cette preuve est notre idée de l’infini qui pourtant n’apparaît ni en nous ni autour de nous. Cette idée elle a dû venir d’autre part. Donc de Dieu. Mais John Locke répondra que pour lui, on ne possède pas cette idée d’infini. Simplement celle du non fini. Ce qui n’est évidemment pas la même chose. Bref, comme preuve on a déjà eu mieux. D’autres philosophes utiliseront le concept divin dans leur philosophie. Ainsi, Leibniz prendra Dieu comme la monade suprême permettant les rapports entre monades. Mais pour accepter cela, il faut au préalable être d’accord avec l’ensemble de sa philosophie. Arrive ensuite Pascal qui lui va formuler ce que l’on appelle le pari de Pascal. En (très) gros, il nous dit qu’il faut croire en Dieu car si on le fait le pire que l’on puisse avoir c’est une vie avec des obligations religieuses tandis que si on n’y croit pas et bien on gagne l’enfer. Le choix est plutôt vite fait. C’est un raisonnement qui d’un point de vue logique se tient parfaitement mais pourtant on a quand même du mal à accepter sa conclusion à savoir qu’il faut croire en Dieu. Pourquoi ? Parce que ça ne fait pas appel à la raison mais à la foi. Donc à ce moment-là, pas question de mêler Science et Religion vu qu’elles ne font pas appel à la même chose.

Abordons la question sous un autre angle. Prenons les mathématiques. Tout le monde il me semble est d’accord pour dire que ses affirmations sont exactes et prouvées. Pourtant celles-ci reposent sur toute une série d’axiomes qui eux sont des affirmations indémontrables. De plus, ce ne sont même pas les mêmes pour n’importe laquelle des disciplines mathématiques. En effet, la géométrie et l’arithmétique n’ont absolument pas le même système d’axiomes. C’est normal, on ne va pas travailler cette dernière avec des droites et des plans. Et grâce à Gödel, on sait également que ces propositions de bases ne sont et ne seront jamais complète c’est-à-dire que l’on aura toujours des affirmations considérées comme vrais mais que l’on ne sera jamais démontré (les conjonctures). Bref, on se retrouve avec des affirmations qui sont considérées comme absolument vrai et justifiées alors qu’elles reposent sur d’autres qui elles sont injustifiées, différentes et incomplètes. Difficile à ce moment-là de réellement les considérer comme absolument exactes. Elles le sont, par rapport à leurs systèmes d’axiomes.

Et bien la Science fonctionne exactement de la même manière avec (au moins) un axiome fondamental. C’est celui qui consiste à partir du postulat que ce que l’on appréhende est correct et vrai. En effet, la Science se justifie empiriquement. L’action qui justifie une action, qui la fait passer du rang d’hypothèse à celui de vérité c’est l’expérience. C’est-à-dire que l’on va appréhender un phénomène et le juger. Cela est absolument axiomatique vu qu’il n’a jamais été « démontré » que ce que nos sens nous envoient comme informations et ce que notre cerveau analyse est vrai (pour ça il faudrait savoir dans l’absolu ce qui est vrai). Il y a de nombreux cas où ce que nous appréhendons est faux. Les illusions, hallucinations,… Il n’est pas exclu que tout le monde soit en quelque sorte en train d’halluciner.

Bien sûr cet axiome est nécessaire, si on veut pouvoir comprendre notre monde il est important de postuler que ce que nous appréhendons est correcte. Par contre, il est important également d’admettre que certaines choses ne peuvent s’inscrire dans cet axiome. La Religion en est un très bon exemple car par définition, Dieu n’est pas appréhendable par l’Homme donc il ne s’inscrit pas dans cet axiome et donc dans toute démarche scientifique. Vouloir le traiter scientifiquement est aussi absurde que de faire de la géométrie avec les axiomes de Peano. La Religion et la Science ce n’est tout simplement pas la même chose vu qu’elles n’admettent pas les mêmes propositions à la base. On en revient à ce que Pascal disait à savoir qu’il faut dissocier foi et religion de raison et science.

La conclusion est assez simple. Non la Science n’est pas légitime pour traiter de Religion car ce sont deux choses distinctes. La première se base sur un axiome et la deuxième sur une série de dogmes. Aucune de ces deux « disciplines » ne peut prétendre détenir la vérité sur le champ de l’autre car les deux se basent sur des affirmations non justifiées.

AdB

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *